Municipalité de Ste-Pétronille
Municipalité de de Ste-Pétronille | Ile d'Orléans
Municipalité de de Ste-Pétronille  | Ile d'Orléans
Municipalité de de Ste-Pétronille | Ile d'Orléans

Histoire de Sainte-Pétronille

Sainte-Pétronille est à la fois le plus récent village et le premier endroit occupé en permanence à l'Ile d’Orléans. C’est en effet sur sa pointe que, dès 1648, s’installèrent Éléonore de Grandmaison et François de Chavigny de Berchereau, la toute première des quelque trois cents familles souches de l’île en provenance de France. C’est ici également qu’entre 1651 à 1656 séjournèrent de cinq à six cents Hurons, soustraits par des missionnaires jésuites à la vindicte des Iroquois.

 

En raison d’un relief tourmenté peu favorable à l’activité agricole, le bout de l’île ne prendra son essor qu’au milieu du XIXe siècle, grâce à la villégiature que favorisera, avec la construction du premier quai de l’île, l’établissement d’une liaison fluviale régulière avec Québec. Conquise par les charmes romantiques des lieux, son microclimat et ses perspectives uniques, la bourgeoisie de Québec, principalement anglophone, y implante villas et jardins sur ses hauteurs et au fil de ses anses.

 

Sans doute aiguillonnées par l’érection en 1867 d’une chapelle anglicane, les quarante-cinq familles permanentes francophones de la pointe obtiennent bientôt leur propre église qu’elles inaugurent en 1871. Détachée de celle de Saint-Pierre, la nouvelle paroisse sera consacrée à sainte Pétronille qu’une longue tradition considère comme la fille du chef des apôtres. Trois ans plus tard naîtra le village de Beaulieu, du nom de  l’ancien arrière-fief sur lequel il est bâti; depuis 1980, il s’appelle officiellement Sainte-Pétronille.

 

Fier d’appartenir à l’Association des plus beaux villages du Québec et de se voir attribuer plusieurs Fleurons du Québec, Sainte-Pétronille a tout pour séduire : les points de vue spectaculaires qu’il offre sur la capitale et ses environs, mais aussi la diversité d’une architecture qui se love dans une végétation luxuriante. La meilleure façon de découvrir le cœur de ce village, c’est d’emprunter son circuit pédestre, panoramique et culturel, jalonné de onze panneaux d’interprétation.

 Robert Martel